« Ouvrir l’esprit de nos jeunes »

Grâce au projet de leurs professeurs, les élèves de première année en CAP de métallerie-menuiserie de l’Érea Tabarly découvrent d’autres univers.

Jeudi après-midi, onze élèves en CAP métallerie-menuiserie de l’Établissement régional d’enseignement adapté Éric Tabarly ont été reçus à la mairie, par Jean-Yves Hugon. Feuille à la main, chacun avait pour mission de poser une question au premier adjoint.

Objectif : tout savoir sur les différents jumelages de la Ville de Châteauroux.

Découverte des jumelages de Châteauroux avec Jean-Yves Hugon.
Découverte des jumelages de Châteauroux avec Jean-Yves Hugon.

Projet d’études à l’étranger

«Nous voulons ouvrir notre établissement sur l’extérieur. Souvent, nos jeunes ne voyagent pas, ne connaissent pas autre chose que leur quotidien. Nous voulons leur ouvrir l’esprit, leur faire voir autre chose. A chaque fois qu’on le fait, on voit des répercussions», explique Mathieu Bellin, directeur délégué à l’enseignement professionnel.

Alors, comme chaque année, un projet a été élaboré par les professeurs. Cette fois-ci, il s’agit de travailler sur les valeurs et les symboles de la République Française, mais aussi des villes étrangères avec lesquelles Châteauroux est jumelée.

Séances pédagogiques, recherche d’informations, projection à l’Apollo, visite d’un ministère de la Défense, études d’œuvres artistiques : le programme est dense. Pour aller plus loin, l’équipe enseignante aimerait organiser un voyage scolaire, et pourquoi pas, les envoyer étudier à l’étranger. « Ils sont demandeurs. »

logonr Lire l’article paru le 03/10/2016

Du nouveau à l’EREA

Le chantier de reconstruction partielle touche à sa fin, à l’Erea Tabarly. Les ateliers maçonnerie et peinture-revêtement seront livrés dans le courant de cet hiver, permettant ainsi aux lycéens des CAP maçonnerie et de peinture application de revêtement, d’évoluer et de se former dans un environnement neuf, bien équipé, propice aux apprentissages, à l’instar de leurs camarades des quatre autres CAP proposés sur l’Erea (Serrurerie-métallerie, Menuiserie, Employés de commerce multispécialités, Agent de propreté et d’hygiène) qui ont déjà investi leurs plateaux techniques lors de cette rentrée.

La communauté éducative est au complet. Roxane Dorme, ancienne principale adjointe au collège Balzac d’Issoudun, remplace à la direction, Jean-François Torre, parti en Nouvelle-Calédonie. Côté enseignement général, Ludivine Chevalier, enseignante spécialisée, et Sophie Jacquot, professeur documentaliste, ont rejoint l’équipe qui œuvre sur les disciplines plus théoriques auprès des élèves de tous les niveaux. Deux nouvelles enseignantes éducatrices, Justine Barre et Zoé Lesgourgues sont à l’internat éducatif. Thierry Chavenaud (peinture-revêtement) et Pierre-Marie Lordet (serrurerie-métallerie) ont pris leur poste en enseignement professionnel. Anne-Karine Duchateau a, quant à elle, gagné les rangs de la vie scolaire. Du côté des agents techniques territoriaux, Lysiane Masseron, lingère, ayant pris sa retraite, elle a été remplacée par Linda Bellanger. Christophe David et Franca Durin ont, quant à eux, retrouvé leurs collègues au sein des différents services de maintenance ou d’entretien général.

Ludivine Chevalier, Anne Karine Duchateau et Roxane Dorme.

Ludivine Chevalier, Anne Karine Duchateau et Roxane Dorme.

L’Erea compte 132 jeunes, de la 6ème à la deuxième année de CAP, dont 59 internes et 72 demi-pensionnaires.

Erea Eric-Tabarly, 365, avenue de Verdun, tél. 02.54.53.85.85.

logonr Lire l’article paru le 21/09/2016

Un moulin revit grâce à l’Erea

Grâce aux élèves serruriers de l’Établissement régional d’enseignement adapté (Erea) Éric-Tabarly et à Michel Thévot, leur professeur, la roue du Moulin-Blanc de Mellac (Finistère) tourne de nouveau. Un moment historique pour l’Association des Amis du Moulin-Blanc.

La roue tourne de nouveau après cinquante-deux ans d'arrêt.
La roue tourne de nouveau après cinquante-deux ans d’arrêt.

Mis en service en 1541, sur la rivière Isole, la roue du Moulin-Blanc s’est arrêtée en 1964, avec le départ du meunier, Louis Flatrès.

100 planches en chêne et 1.800 boulons

Depuis mardi après-midi, une nouvelle roue s’est mise à tourner. «Un moment historique» pour Louis Le Pensec, président des Amis du Moulin-Blanc, présent sur le site pour assister, avec émotion, à ce premier tour de la roue, réalisée par cinq élèves de CAP métallerie 2e année de l’Erea.
Il y a dix-huit mois, Louis Le Pensec prend contact avec Michel Thévot, professeur de métallerie à l’Erea. Après une rencontre sur le site, l’affaire est conclue. «C’est l’occasion pour ces jeunes de passer d’un projet sur plan à des pièces finies. Ils sont sur du concret, c’est une expérience dont les principes sont retrouvés en entreprise», argumente Michel Thévot. Une année scolaire de travail, à raison de deux heures par semaine, a été nécessaire pour réaliser et poser la roue avec, en plus, au final, sur le site même du Moulin-Blanc, le passage de l’épreuve de pose comptant pour leur CAP.
Le moulin a donc retrouvé sa roue. L’ancien axe, qui est toujours sur place, a servi de référence. La roue, d’un diamètre de 4 m et de 1 mètre de largeur, est composée de 24 palles habillées de 100 planches en bois de chêne, issus des forêts de Chambord et de Fontainebleau. 1.800 boulons y ont été vissés. «Ce projet a été réalisé avec une vraie maîtrise industrielle. Bernard Pelleter, maire de Mellac, s’est déclaré bluffé par le respect mathématique de la parole donnée», a conclu Louis Le Pensec. En effet la roue a été posée dans le parfait respect du cahier des charges et des délais.

logonr Lire l’article paru le 03/07/2016

 

Vivre ensemble… Oui mais comment ?

À travers un projet collectif réalisé en cours de français, la classe de 4ème a participé, cette année, au concours « ÉCRITS POUR LA FRATERNITÉ » organisé par la ligue des droits de l’homme.

Elle s’est brillamment illustrée en remportant notamment le premier prix dans sa catégorie et s’est donc déplacée à Argenton sur Creuse le mercredi 8 juin afin de recevoir sa récompense.

Voici l’oeuvre réalisée.

logonr Lire l’article paru le 11/06/2016.

 

Les élèves de l’Érea et les robots

logonr

Voici quelques jours, Franck Floquet et Franck Lloyd, délégués départementaux de la Casden-Banque populaire de l’Indre, étaient à l’Établissement régional d’enseignement adapté (Érea) Éric-Tabarly. Ils ont remis à Matthieu Bellin, chef de travaux, Philippe Trouillas, professeur de technologie, et Younès El Baraka, coordonnateur de l’Ulis, l’invitation scientifique et technique proposée par Planète Sciences.

La Nouvelle République - Châteauroux - 11/06/2016
Un bel après-midi en perspective pour les collégiens de l’Érea.

Découverte de la robotique

Cette association, basée à Ris-Orangis (Essonne) a pour objet « de favoriser, auprès des jeunes de 8 à 25 ans, l’intérêt, la découverte, la pratique des sciences et des techniques ».
Le temps d’une demi-journée, les élèves de cinquième de l’établissement pourront découvrir la robotique, l’un des cinq thèmes proposés. Les quatre autres sont les satellites, l’astronomie, l’aéronautique et l’environnement. Pour aborder la robotique, ils découvriront le bras robotisé, support privilégié car il pose les bases de la programmation au travers d’un jeu par équipes qui consiste à régler le bras robotisé pour qu’il franchisse les obstacles placés sur un plateau de jeu.

Site : www.planete-sciences.org

Petits cuistots à l’Erea Éric-Tabarly

logonr 

La Nouvelle République le 03/05/2016

Dans le cadre du projet financé par la région Centre-Val de Loire, Bien dans son corps, bien dans sa tête, les enseignants-éducateurs de l’Établissement régional d’enseignement adapté (Erea) Éric-Tabarly ont mis en place de nombreuses activités visant à favoriser le bien-être des élèves. Grâce aux subventions allouées, l’établissement a pu mettre en place des ateliers, acheter des équipements et faire intervenir des professionnels en lien avec le projet.
A ce titre, les élèves disposent d’une salle de fitness et d’une serre de jardin. Ils participent à des ateliers de soin du corps et de cosmétique encadrés de temps en temps par une socio-esthéticienne et assistent même à des cours de yoga au sein de l’établissement. De plus, les élèves de l’atelier jardin sont partis en séjour au Centre permanent d’initiative pour l’environnement, à Azay-le-Ferron. Lors de l’atelier cuisine, les cinq petits chefs, encadrés habituellement par Armelle Féat et Agnès Doston, enseignantes-éducatrices, ont le privilège d’accueillir le chef cuisinier Christophe Marchais, de Jeux 2 goûts, primé par le guide Gault et Millau. Celui-ci intervient les mercredis après-midi et fait découvrir aux élèves de nouvelles techniques, leur apprend à marier les saveurs, à cuisiner équilibré, et ils se voient confier des tâches comme de vrais apprentis. Au menu de ce premier mercredi, paupiettes de volaille aux champignons, coulis de tomates et olives noires, pommes duchesses, panna cotta citron-fraise et ses sablés cacao. Et quand vient le moment de la dégustation, les enfants trouvent de quoi régaler leurs papilles.

Châteauroux Tabarly

Les jeunes attendent leur rendez-vous hebdomadaire avec Christophe Marchais, avec impatience.

Au restaurant en fin d’année scolaire

Le travail se fait aussi avec le livre écrit par Christophe Marchais avec l’association Espace Libellule, Au bonheur des malades, dans lequel il propose des recettes équilibrées et simples à réaliser. Destiné à aider les malades du cancer à « savourer la vie et se rapprivoiser le goût », ce livre s’avère être un outil utile, en lien avec le projet mis en place par les enseignants-éducateurs.
Dans un mois, les élèves réaliseront un repas complet qu’ils dégusteront avec Christophe Marchais, avant de se rendre dans son restaurant en fin d’année scolaire pour la traditionnelle sortie gastronomique.

Jeux 2 Gouts

Établissement Régional d'Enseignement Adapté