L’EREA Éric Tabarly voit le bout des travaux

Après sept ans passés au milieu des pelleteuses, l’établissement est complètement reconstruit. Une révolution pour les élèves et l’équipe du lycée.

Plus qu’un mini-stade à aménager, «d’ici six mois», et les travaux de l’Établissement régional d’enseignement adapté (EREA) Éric-Tabarly seront terminés. Sept ans et 16 millions d’euros fournis par la Région. C’est le temps et l’argent qu’il aura fallu pour métamorphoser l’établissement.

Le matériel des six ateliers a été modernisé.

«Les conditions de travail sont maintenant quasiment au top», se félicite Mathieu Bellin, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques. Mardi, il inaugurait le bâtiment dédié aux ateliers en présence de Dominique Roullet, vice-président de la Région chargé de l’Aménagement du territoire. C’étaient les dernières constructions qu’il y avait à ériger.
«Avant il y avait beaucoup de recoins, ce qui m’empêchait de bien voir tous les élèves», décrit Julien Michel, professeur de menuiserie, au milieu de son atelier flambant neuf. «Nous manquions d’espace ; il n’était pas possible de réaliser de grands ouvrages», ajoute le directeur délégué.

Climat scolaire au beau fixe

Chacun des six ateliers est passé de 200 m2 à 400 m2, et a été pourvu de nouveau matériel. Des machines (l’EREA prépare, notamment, aux CAP métallerie, menuiserie, et maçonnerie), des tablettes, des tableaux numériques, des vidéoprojecteurs, du mobilier.
Il est loin, le lycée construit il y a cinquante ans, «vétuste, pas fonctionnel». En sept ans, tout a été reconstruit, les classes, le CDI, les bureaux, le réfectoire, la salle polyvalente… En essayant de perturber le moins possible la vie de l’établissement.
Un an dans des préfabriqués, «ça n’a pas toujours été confortable», avoue un professeur. La cour de récré occupée par le chantier, «à un moment, les élèves n’ont pas eu beaucoup de place pour s’exprimer», reconnaît Mathieu Bellin. Depuis que les adolescents ont intégré leurs nouveaux locaux, il observe que «le gros plus, c’est l’amélioration du climat scolaire. Un équipement au top, ça leur donne envie d’apprendre.»
L’EREA compte 150 élèves répartis entre le collège et six sections de CAP. Des jeunes en décrochage scolaire, qui effectuent des stages tout au long de leur formation. Et, au nivea du CAP, pas si simple de convaincre les patrons de les prendre. «Aujourd’hui, avec ces nouveaux moyens, on peut proposer aux artisans et aux entreprises de venir utiliser nos machines quand ils ne les ont pas chez eux», explique le directeur délégué, qui espérant que ces potentiels employeurs sauront s’en rappeler.
Si, durant plusieurs années, l’Érea a manqué d’attractivité, son nouvel écrin va de paire avec un changement d’état d’esprit. «Maintenant, nous sommes dans une logique d’ouverture et de développement de notre réseau», assure Mathieu Bellin.

  Article paru le 18/09/2017

Une Marianne offerte à la Ville

Quatorze élèves en CAP métallerie, menuiserie et maçonnerie ont offert à la mairie un drapeau en acier sur lequel figure une Marianne.
Pensée et fabriquée par leurs soins, cette œuvre couronne une année passée à étudier les valeurs de la République.

Le drapeau trône dans la salle de réception de la mairie.

«Nous sommes partis de la manifestation nationale, 2016 année de La Marseillaise, retrace Chantal Héard, professeure de français. Puis nous avons travaillé sur les Première et Seconde Guerres mondiales.»
Les élèves sont ainsi partis en Normandie. A la découverte « des plages du Débarquement, d’un musée réunissant les armes et les objets dont se sont servis les alliés et les nazis, et d’un cimetière allemand », énumère Johanna, en CAP de menuiserie.
Pour être complet, ce projet devait intégrer les compétences professionnelles des élèves. D’où ce drapeau, qui trône dans la salle de réception de la mairie. « A part la Marianne, nous n’avions pas beaucoup de symboles représentant les valeurs de la République, constate Gil Avérous, le maire. Maintenant, il y a votre œuvre. »

  Article paru le 18/09/2017

Stop Motion !

En arts visuels, les élèves de 4ème ont fait une initiation à la technique du stop motion.

Pour réaliser un film avec cette technique, il faut prendre une photo à chaque mouvement des personnages ou modification du décors. Plus on prend de photos, plus le film est fluide.

Nous avons d’abord conçu des décors que nous avons fixés sur des supports. Ensuite, grâce à une application sur les tablettes numériques, nous avons décomposé toutes les scènes de notre petit film.

Voici le résultat !

C’est Pas Sorcier, l’électricité en 5°

E.P.I. « C’est pas Sorcier, l’électricité » avec les élèves de cinquième 2016/2017.

Les cours d’électricité ont été utilisés en cours de français pour créer des scénarios à la manière des émissions « C’est Pas Sorcier ».

Ces scénarios ont ensuite été mis en scène et joués par les élèves de la classe de cinquième.

Des « iPad » ont été utilisés pour filmer et monter les petits clips. Montez le son !!!

 Épisode 1 « Le circuit électrique simple »

Épisode 2 « Conducteurs & Isolants »

Épisode 3 « Le Sens du Courant Électrique »

Épisode 4 « Le Circuit Électrique en Boucle Simple ou en Dérivation »

Épisode 5 « Le Court Circuit »

Un monde en PAIX

À travers un projet collectif réalisé en cours de Français et d’Enseignement Moral et Civique, la classe de 4ème a participé, cette année, au concours « ÉCRITS POUR LA FRATERNITÉ » organisé par la ligue des droits de l’homme dont le thème était : « Du Pain en temps de Paix est meilleur que du Gâteau en temps de Guerre. »… 

Elle s’est brillamment illustrée en remportant le premier prix dans sa catégorie et s’est donc vue récompensée au lycée des Charmilles à Châteauroux le mercredi 7 juin. 

Voici l’oeuvre réalisée par nos élèves et quelques photographies de la remise des récompenses… 

Nous sommes tous différents et pourtant…

Souvenez-vous, avec cette petite vidéo, de notre journée spéciale du mois d’octobre qui nous avait permis de mieux comprendre l’autre à travers la lutte contre la maladie et l’acceptation du handicap…

Jeudi 1 juin, nous avons eu la chance d’échanger avec d’autres jeunes, des enfants, des adultes… tous différents; autour d’activités ludiques, culturelles et sportives afin de mieux nous comprendre et de ne plus juger l’autre sur ses difficultés et, ou son handicap. 

En effet, par sa journée « HANDI’FÉRENCE », qu’elle propose tous les ans le premier jeudi du mois de juin, la ville de Déols favorise l’acceptation de l’autre et la lutte contre les discriminations à travers de nombreux ateliers qui mettent en avant le fait que même différents nous pouvons être ensembles. Nous les remercions d’ailleurs pour leur invitation. 

L’ensemble des photographies de la journée sera visible devant CDI dès la semaine prochaine… 

Une journée à PARIS !

Jeudi 11 mai, les classes de 6°/5° et de 3° ont eu la joie de découvrir la vie parisienne à travers une visite au Palais de la Découverte… 

En s’approchant des lieux, ils ont aperçu la Tour Eiffel pour leur plus grand plaisir, avant de se diriger vers les salles de découverte et d’expériences scientifiques du Palais. Ils ont alors amplifié leurs connaissances sur le Système Solaire, la Galaxie, le Corps Humain, les Forces (vitesse, rotation, masse…)… 

Ils sont ressortis, à midi, émerveillés, pour un pique-nique dans un square caché de la Capitale et une jolie balade sur les bords de la Seine. Ils sont ensuite repartis à l’ouvrage et ont repris les recherches et l’apprentissage. 

Cette splendide journée ne pouvait se terminer sans un retour par les Champs Élysées et le tour de l’Arc de Triomphe, où encore une fois les élèves en prirent plein les yeux…

Toutes les photographies de la journée sont actuellement visibles sur les panneaux d’affichage devant le CDI, grâce notamment, au reportage réalisé par l’ensemble des participants.

Projet du papier recyclé avec la classe de 4ème et les lycéens CAP 2

Paul Fréard, un bénévole passionné par la poésie, est venu en cours nous présenter ses ouvrages à partir de feuilles qu’il fabriquait lui-même, il nous a présenté la technique du papier recyclé. 

M. Michel avec la classe des 4èmes nous a fait confectionner des tamis. Ensuite avec M. Mamonoff et Mme Tessier nous avons déchiré des annuaires et du papier qui devait être jeté puis les avons mis à tremper dans un bac. Ensuite nous avons mixé le tout pour obtenir une pâte de papier. Avec les tamis nous avons formé des feuilles, les avons épongées avant de les laisser sécher sur des draps usagés de l’internat. Voici le résultat de notre expérimentation.

 

Suite à cette initiation, le 7 mars 2017 nous sommes allés visiter à Saint Léonard de Noblat situé dans le Limousin, le Moulin du Got. Nous avons eu le matin des explications sur le fonctionnement des anciennes machines destinées à fabriquer des livres. Et l’après-midi nous avons avec des fibres de jeans refait du papier recyclé et de la calligraphie avec des plumes d’oies. Nous nous sommes aussi essayés à l’impression typographique avec des caractères mobiles afin de créer des marques pages à nos noms. Nous avons eu la démonstration de cette technique mise au point par Gutenberg vers 1440. Les lettres sont encrées et pressées contre le papier. Voici en images les différentes activités auxquelles nous avons participé.

Les élèves de 4ème et de 3ème jouent les géologues !

Le 27 avril dernier, nous sommes allés à Vulcania, dans le Massif Central. Après un réveil très matinal, et 2h30 de car, notre guide Manon nous a accueillis et nous a fait faire des expériences. Grâce à celles-ci, nous avons pu modéliser et revoir les deux types de volcans découverts en classe : effusifs et explosifs. La suite de la journée a été rythmée par les attractions où nous avons bien ri et les animations de Manon intéressantes malgré la neige et le froid.

Article rédigé par Eva

Intervention gendarmerie à L’EREA

Dans le cadre de l’Education à la Défense,  les élèves de terminales CAP ont participé le 26 avril, à une présentation de la Gendarmerie Nationale, avec une attention particulière sur la réserve. Deux réservistes, étudiants dans la vie civile, ont mis en avant leur engagement, une expérience humaine et professionnelle valorisante.
Dans leurs parcours citoyens, les élèves ont également pris conscience de l’importance de régulariser leur situation vis à vis de la Journée Défense et Citoyenneté.
Une prochaine rencontre aura lieu sur le site du groupement de gendarmerie à Châteauroux

Établissement Régional d'Enseignement Adapté